Fonds Famille SAVOIE-BOISVERT PDF Imprimer Envoyer

APM39

Fonds Famille Savoie-Boisvert. [1955]–2014. – 0,74 m de documents textuels.

Notice biographique:

Dominique Boisvert a été un avocat et un militant dans les domaines des droits humains, de l’immigration, de la solidarité internationale, de la non-violence et de la paix, de l’analyse sociale, de l’enseignement, du journalisme et des questions spirituelles au Canada, en Afrique et en Haïti. Il est né à Plessisville le 15 juillet 1948. Il est le fils de Gérard Boisvert et de Georgette Savoie. Le couple a eu sept enfants : Dominique, Daniel (entrepreneur), Pierre-Yves (avocat), Marie-Louis (ébéniste), Jean-François (réceptionniste et artiste visuel), Véronique (enseignante) et Marie-Christiane (décédée). En 2007, Gérard Boisvert joint la Communauté des Fils et des Filles de Marie à Lac-Etchemin. Il est ordonné prêtre le 15 septembre 2012 et décède le 14 octobre de la même année.

 

Dominique Boisvert fait ses études primaires à Plessisville entre 1953 et 1960; il complète le premier cycle de son cours classique au Collège de Plessisville (1960-1964) et il termine son deuxième cycle en 1965-1966 au Collège Sainte-Croix (devenu le Collège de Maisonneuve en 1967). Il vit alors à la Résidence Sainte-Croix, un foyer étudiant situé à proximité du collège. En 1966-1967, il fait une année de noviciat chez les Pères de Sainte-Croix, à Sainte-Agathe-des-Monts. De 1967 à 1969, il poursuit ses études au Collège Saint-Laurent (devenu le Cégep de Saint-Laurent en 1968). Il vit au Séminaire Basile-Moreau (1967-1968) puis à la résidence Piedmont (1968-1969). Il est membre et animateur du groupe chrétien OIKOS, le service de pastorale du Collège/Cégep Saint-Laurent. Il est moniteur au Camp-École Trois Saumons, à Saint-Aubert (Québec), pendant les étés 1964 et 1965. Durant ses études, il obtient le prix du Cardinal Villeneuve en 1964 et la Médaille du Gouverneur Général en 1969. Il obtient un baccalauréat ès arts de l’Université de Montréal en 1969 et un baccalauréat en sciences juridiques de l’Université du Québec à Montréal en 1977. Il devient membre du Barreau du Québec en 1979 et cesse de payer sa cotisation professionnelle en 1999.

 

Dominique Boisvert se marie avec Diane Gariépy le 4 novembre 1972, ils auront deux enfants, Martin (né en 1974) et Félix (né en 1979). Le couple se séparera une première fois entre 1986 et 1988, puis une seconde fois en 2005. Le couple divorce d’un commun accord en 2008. Dominique Boisvert aura une deuxième compagne, Céline Trudeau, à compter de 2008.

 

De septembre 1969 à juin 1971, Dominique Boisvert vit en Afrique, où il est professeur au niveau secondaire au Collège Saint-Viateur de Bouaké, Côte d’Ivoire, comme coopérant volontaire du Service universitaire canadien outre-mer (SUCO). Il occupe plusieurs emplois par la suite, notamment au Centre Justice et Foi de Montréal, (1991-1993 et 1994-1999). Dans ce contexte, il côtoie notamment le jésuite d’origine haïtienne Karl Lévesque; il collabore régulièrement à la revue Relations ainsi qu’aux Soirées Relations. En 1993, il participe à une mission civile de l’Organisation internationale des Nations Unies (ONU) à New York et en Haïti. En février 2002, il participe à la rencontre internationale convoquée par le Général des Jésuites à Rome; il accomplit ensuite un voyage qu’il qualifie de « sabbatique », à l’occasion duquel il séjourne en Italie, en France et en Suisse, pour rencontrer des religieux, religieuses, militantes et militants chrétiens, et visiter des communautés religieuses progressistes, dont la Communauté monastique de Bose en Italie et la Communauté œcuménique de Taizé en France.

 

Dominique Boisvert participe à de nombreux comités et associations, dont le comité sur l’immigration de la Ligue des droits et libertés du Québec de 1974 à 1979; le Comité consultatif du statut de réfugié (CCSR) de 1985 à 1988; l’Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT-Canada) à compter de 1984. En 1995-1996, il participe à la préparation du Synode de l’Église de Montréal. Il est membre fondateur de l’Association des juristes du Québec (AJQ) de 1974 à 1978 et du Réseau québécois pour la simplicité volontaire (RQSV) en 2000. Il est l’auteur des ouvrages L’ABC de la simplicité volontaire (Montréal, Éditions Écosociété, 2005) et Rompre! Le cri des « indignés » (Montréal, Éditions Écosociété, 2012).


Portée et contenu

Le fonds documente l’activité scolaire, professionnelle et familiale de Dominique Boisvert. Son journal témoigne notamment de ses années d’études, de sa démarche spirituelle, de son militantisme ainsi que de sa thérapie de couple et de sa thérapie individuelle.

 

Le fonds contient les séries suivantes :

APM39/S1. Dominique Boisvert. Dossier scolaire

APM39/S2. Dominique Boisvert. Dossier d’emploi

APM39/S3. Dominique Boisvert. Journal

APM39/S4. Dominique Boisvert. Correspondance produite et reçue

APM39/S5. Famille Savoie-Boisvert. Correspondance produite et reçue

APM39/S6. Dominique Boisvert. Rapports de couple avec Diane Gariépy

APM39/S7. Dominique Boisvert. Textes et notes

APM39/S8. Dominique Boisvert. Récit de voyage : 1800 kilomètres en Côte d’Ivoire

APM39/S9. Dominique Boisvert. Voyage « sabbatique » en Europe

APM39/S10. Famille Savoie-Boisvert. Généalogie

APM39/S11. Georgette Savoie-Boisvert

APM39/S12. Dominique Boisvert. Dossier médical

APM39/S13. Diane Gariépy. Textes

APM39/S14. Jean-François Boisvert

APM39/S15. Véronique Boisvert

APM39/S16. Dominique Boisvert. Curriculum vitae

Notes:

Source du titre composé propre : Titre basé sur le contenu du fonds.

 

Collation : Le fonds contient également I cassette audio et 7 photographies.

 

Classement : Les séries sont basées sur la structure donnée par le créateur du fonds.

 

Source immédiate d’acquisition : Le fonds a été offert aux Archives Passe-Mémoire par Dominique Boisvert en octobre 2013.

 

Langue des documents : Les documents sont surtout en français, avec quelques documents en anglais et un document en latin.

 

Restrictions à la consultation : Lors de la publication d’extraits, les noms des personnes citées dans les documents doivent être remplacés par leurs initiales, à l’exception des personnes de la famille immédiate du donateur, dont les noms peuvent être cités au complet (voir liste dans le contrat de donation). Cette restriction s’applique jusqu’en janvier 2039.

 

Instrument de recherche : Inventaire numérique du fonds sous forme de fichier Excel.

 

Versements complémentaires : D’autres versements sont attendus.

 

Note générale : Le créateur du fonds mentionne qu’une bonne partie de la série 7 (Dominique Boisvert. Textes et notes) pourrait tenir lieu de journal personnel, qu’il a cessé de tenir entre 1968 et 1982. Le dossier S9, D1 (Dominique Boisvert. Voyage « sabbatique » en Europe. Carnet de voyage) contient également des informations sur les Journées mondiales de la jeunesse tenues à Montréal et à Toronto à l’été 2002.

 

Termes rattachés : analyse sociale, avocat, couple, divorce, droits humains, enseignement, immigration, journalisme, mariage, non-violence, paix, religion, santé mentale, sexualité, solidarité internationale, spiritualité, surdité, vie religieuse

 
APM
© Archives Passe-Mémoire 2010